Accueil Présentation de la Wilaya

Présentation de la Wilaya

Présentation de la wilaya de Sétif

La wilaya de Sétif représente, par sa  situation géographique et ses spécificités naturelles, un  espace idéal pour la réalisation de la stratégie économique  nationale et pour l’implantation et l’épanouissement d’investissements potentiels. Elle est destinée à être au centre du lancement d’un processus territorial de construction de compétitivités pour la région des hauts plateaux, d’une part et le couloir Hodna /Soummam, d’autre part.

Située dans l’est algérien et dans la région des hauts plateaux, la wilaya de Sétif s’étend sur une superficie estimée à 6.549,64 km² et son altitude moyenne dépasse les 1000 m. Son chef lieu, la ville de Sétif, qui s’élève à 1200 m d’altitude, est distant de la capitale, Alger, de 300 km et à 120 km de Constantine, à 110 km de Bejaia et de Jijel (littoral), à 120 km de M’sila (Sud).

Elle est entourée de six wilayas : au Nord, les wilayas de Bejaia et de Jijel ; au Sud, les wilayas de M’sila et de Batna ; à l’Est, la wilaya de Mila ; à l’Ouest, la wilaya de Bordj-Bou-Arréridj.

De ce fait, la wilaya de Sétif occupe une position stratégique parmi les wilayas des hauts plateaux de l’Est et constitue un carrefour traversé par les axes Alger-Constantine (RN 5 et l’autoroute Est-Ouest sur 75 km) et Béjaia, Biskra et M’sila (RN 9 et 28).  La wilaya de Sétif occupe ainsi une position incontournable entre le Centre et l’Est du pays d’une part et, d’autre part, entre le littoral et la partie de l’est des hauts plateaux. Elle est le lieu de transit des convois de marchandises provenant du Sud et qui se dirigent vers les ports de Bejaia et de Jijel, de plus, elle dispose d’un aéroport ouvert au réseau national et international.

Le Schéma national d’aménagement du territoire (SNAT 2025) inscrit la wilaya de Sétif dans la Région-Programme définie avec les autres régions limitrophes pour consolider sa  complémentarité en terres d’espaces d’études et d’aménagement du territoire et qui se présente dans l’axe: « Sétif-Bejaia-Bordj Bou Arréridj-M’sila ».

Les repères historiques

Sétif tend ses racines dans l’histoire lointaine. La présence humaine dans cette région remonte à deux millions d’années. Les vestiges exposés au musée archéologique de la ville sont une preuve.. La présence d’eau et sa situation géographique, au pied des montagnes et à l’orée d’une plaine immense, ont fait d’elle une région riche. Cette richesse et sa position stratégique ont attiré les convoitises, à travers les siècles.

Les traces d’occupation humaine dans la région remontent aux premières cultures préhistoriques, le site mondial de « Ain Lahnech » prêt d’El Eulma, a vu apparaître les traces des premières êtres humains ayant vécu dans la région.

Les habitants du Maghreb et notamment les hauts plateaux, sont les Amazigh : ils s’organisèrent en de multitudes tribus qui pour la plus part se sont confédérées en royaumes plus ou moins importants.

Au 3ème et 2ème siècles avant notre ère, avec l’apparition d’un pouvoir central et d’un Etat, la région de Sétif fut intégrée au royaume des Messasyliens. L’appellation de Sétif dérivé du mot Sitifis qui lui-même est issu du mot berbère « Azdif » qui signifie « terre noire ». Au cours des guerres puniques, la région n’était pas à l’abri des événements qu’a connus l’Algérie: Jugurtha livra une bataille à Marius aux environs de la ville. Contre l’occupation romaine, de nombreuses révoltes étaient éclatées dont la plus célèbre est le soulèvement de Tacfarinas. Face à ces révoltes et pour établir l’ordre colonial, un dispositif de sécurité a été établi par la création de villes et de garnisons. Ainsi, Sétif intéressa l’empereur Nerva, par sa position géographique : la ville commande les vastes terres agricoles et se situe au pied des monts de Babors, un lieu de départ des attaques.

En l’an 97 après notre ère, il fut décidé de créer sur le site de Sitifis une colonie de vétérans. Par ailleurs le territoire fut parsemé de garnisons : Vartaniens près de Ksar-el-Abtal, Dianense près de Guidjel, Thib près de Guellel. En dépit de ce dispositif, les révoltes continuèrent. Une grave crise socio-économique a secoué l’empire Romain.

En 297, pour ces raisons, Diocrétien décida de scinder, l’Algérie en deux régions, la Mauritanie césarienne et la Mauritanie Sitifensis dont le chef-lieu était Sétif, La Mauritanie Sitifensis et sa capitale connurent un important développement qui s’est traduit par son rôle prépondérant de «marché antique» des céréales dans le bassin méditerranéen. A côté de Sitifis, plusieurs villes prospérèrent : Cuicul (Djémila), Mons prés de Béni Fouda.

En 419, cet épanouissement a été anéanti par un tremblement de terre qui secoua la ville. Saint Augustin raconta que les habitants sont restés cinq jours en dehors de la ville.

En 429, les Vandales ont pillé la ville.

En 539, les Byzantins conquièrent la ville. Le Général Salomon fit de SITIFIS la capitale de la Mauritanie Première.

Au milieu du 7éme siècle, la région fut islamisée. La population sétifienne a contribué énormément au développement de la religion musulmane et de son expansion à l’image de Tarek Ibn Ziad, originaire de la région de Ain Azel, commandant des troupes qui ont conquis la péninsule Ibérique.

Au cours de la période islamique la région sétifienne a connu un nouvel essor qui s’est traduit par la fondation à Ikjen (dans la région de Sétif) du premier Etat Fatimide-Chiite dans le Maghreb.

Du 9ème au 11ème siècle, la ville devient florissante et peuplée pour tomber ensuite dans l’oubli à cause des conflits entre les royaumes musulmans du grand Maghreb.

Au 12ème siècle, Sétif faisait partie du royaume des Hammadite à Bejaia jusqu’à l’invasion hilalienne. La bataille livrée par les Almohades contre les Hilaliens témoigne de l’importance de Sétif dans le nouveau royaume qui unifia le Maghreb. A l’époque turque, Sétif était gouvernée par les grandes familles locales, dont les Ameur ainsi que les chefs turcs envoyés par les Beys de Constantine.

Le 15 Décembre 1848, les troupes françaises commandées par le général Galbois occupèrent Sétif. L’administration coloniale a érigé un système au seul profit des colons et qui avait pour conséquence la paupérisation de la population, ce qui engendra des soulèvements et des révoltes des algériens dont l’insurrection d’El Mokrani en 1871 qui toucha Sétif et sa région.

Entre les deux guerres mondiales, la résistance contre l’occupation prit une forme par le biais de parti et associations, Cheikh El Bachir El Ibrahimi, l’un des fondateurs de l’Association des Ouléma, s’est installé à Sétif avant de rejoindre Tlemcen, de même que Ferhat Abbas y créa en 1946 l’U.D.M.A., Liamine Debaghine ainsi que Mostefai Chawki du PPA, résidaient à Sétif. Ces personnalités firent de Sétif un des centres de rayonnement du nationalisme.

En septembre 1942, Ferhat Abbas et ses amis vont lancer un « appel aux nations alliées » sous la forme d’un Manifeste qui fut élaboré à Sétif par le Dr Lamine Debaghine. Il sera paraphé par ce dernier pour le PPA, par Ferhat Abbas, par Cheikh Maïza, par Ahmed Francis, pour les anciens combattants et le Dr Ahmed Ben Djelloun pour la Fédération des élus. Ferhat Abbas devait le remettre aux Alliés.

Le 8 mai 1945, le jour même de la victoire alliée sur le nazisme, de violentes émeutes éclatent à Sétif. C’est un lointain prélude à la guerre d’indépendance. Les manifestants sont des Algériens de confession musulmane dont beaucoup se sont battus dans les troupes françaises qui ont libéré la France. Ils souhaitent avoir leur part dans le retour de la paix et la victoire des forces démocratiques. Le matin du 8 mai, jour de la capitulation de l’Allemagne nazie, une manifestation se reproduit à Sétif aux cris de «Istiqlal [indépendance], libérez Messali. Les manifestants ont reçu la consigne de ne pas porter d’armes. Un jeune, Saâl Bouzid brandit le drapeau algérien, la police tira, la répression était d’une extrême brutalité. Elle fait 45.000 morts parmi les musulmans.  Les tribunaux ordonnent des exécutions et de nombreuses longues incarcérations furent promulguées. Les émeutes de Sétif consacrent la rupture définitive entre les musulmans et les colons d’Algérie et annoncent la guerre d’indépendance.

1er novembre 1954 déclenchement de la guerre de libération nationale à laquelle, à l’instar des autres régions, la population sétifienne a pris part. De part de son relief, Sétif et sa région ont vu la création de nombreux poste de commandement au niveau des djebels de Beni-Ourtilane, Babors, Boutaleb.

Le découpage administratif adopté lors du congrès de Soummam a consacré à Sétif le rôle de carrefour, la wilaya de Sétif était le trait d’union entre les Wilayas historiques I, II et III. La voie ferrée séparait la I et la III.

En 1956, devant l’ampleur de la guerre, et pour l’étouffer, l’administration coloniale a créé de nouveaux Départements dont Sétif qui comptait 9 arrondissements et 186 communes.

Situation administrative

Les deux découpages administratifs du territoire national (en 1974 et en 1984) ont donné la configuration actuelle de la wilaya de Sétif.

La wilaya de Sétif comprend 60 communes réparties sur 20 daïras comme suit :

Sétif : Sétif,

Ain Arnet :  Ain Arnet, Ain Abassa, El Ouricia, Mezloug,

Ain El Kebira : Ain El Kebira, Dehamcha, Ouled Adouane,

Babor : Babor, Serj El Ghoul,

Amoucha : Amoucha, Tizi N’bechar, Oued El Bared,

Beni Aziz : Beni Aziz, Mouaouia, Ain Sebt,

Ain Oulmene:  Ain Oulmene, Ksar El Abtal, Guellal, Ouled Si Ahmed,

Guedjel:  Guedjel, Ouled Saber,

Salah Bey:  Salah Bey, El Rasfa, Ouled Tebene, El Hamma, Boutaleb,

Ain Azel:  Ain Azel , Baida Bordj, Ain Lahdjar, Bir Hadada,

Beni Ourtilène: Beni Ourtilène, Beni Chabana, Ain Legredj, Beni Mohli,

Bouandas: Bouandas, Ait N’mzada, Bousselam, Ait Tizi,

Bougaa : Bougaa, Ain Roua, Beni Oucine,

Hammam Guergour : Hammam Guergour, Draa Kebila,

Guenzet : Guenzet, Harbil,

Maoklane: Maoklane, Tala Ifesene,

El Eulma : El Eulma, Bazer Sekra, Guelta Zerga,

Hammam Sokhna : Hammam Sokhna, Tella, Taya,

Bir El Arch:  Bir El Arch, Belaa, El Ouldja et Tachouda,

Djemila :   Djemila, Beni Fouda.

Relief et climat

Le relief

Le relief de la wilaya de Sétif se divise en trois principales zones qui sont :

La zone montagneuse au Nord de la wilaya et se compose des monts suivants : monts des Babors ; monts des Bibans ; monts du Hodna, en plus du haut sommet, Djebel Boutaleb qui atteint 1890 m d’altitude. Les montagnes couvrent 43% de la superficie de la wilaya.

La zone des hauts plateaux au centre de la wilaya, elle couvre une superficie de 3217,19 km² et s’élève à une altitude oscillant entre 900 et 1200 m ; cette zone comprend des collines et quelques montagnes, dont les plus importantes sont Djebel Megress, Djebel Braou et Djebel Youcef.

La zone basse au sud et au sud-est de la wilaya ; elle se compose de Chotts, tels que le Chott El- Beida dans la région de Hammam Soukhna, Chott El Frein à Ain Lahdjar et celui d’El Melloul prés d’Ain Oulméne, la superficie de cette zone est de 460,84 km².

Le climat

Le climat de la wilaya de Sétif  est un climat continental semi-aride se caractérisant par des étés chauds et secs, et des hivers froids avec une pluviométrie importante, mais inégalement répartie : en moyenne annuelle, la zone Nord reçoit 700 mm, la zone des hauts plateaux, 400 mm et la zone Sud –Sud- Est, moins de 300 mm.

La population et les activités économiques

La population totale de la wilaya est estimée à 1 878 397 habitants, soit une densité de plus de 300 habitants par km² et un taux de croissance de la population de 2,16%,

Population active (2009) : 423.873 hab.

Population occupée (2009) : 325.581 hab., répartis sur les secteurs d’activité suivants : Agriculture (113 382), Commerce (86 191), Administration (48 059), Industrie (37 169), Service (24 095) et BTPH (16 684).

 

Répartition par secteurs d’activité (au 31/01/2015) des 79 005 inscriptions au registre de commerce dont 69.950 personnes morales et 9.055 personnes physiques:

Commerce de détail : 35.746 dont 35.027 personnes morales et 719 personnes physiques.

Secteur industriel : 11.217 dont 8.710 personnes morales et 2.507 personnes physiques.

Secteur artisanal : 147 dont 141 personnes morales et 6 personnes physiques.

Commerce de gros : 3.536 dont 2.693 personnes morales et 843 personnes physiques.

Import/Export : 3.170 dont 15 personnes morales et 3.155 personnes physiques.

Services : 25.189 dont 23.364 personnes morales et 1.825 personnes physiques.

Selon le recensement national économique (2011) effectué par l’Office national des statistiques (ONS), c’est la wilaya de Sétif qui avait le plus grand nombre d’entités économiques (47 392) dans la région des Hauts Plateaux. Concernant les entités administratives, sur prés de 16 169 entités administratives recensées, au niveau national, dans les Hauts Plateaux (2011), la wilaya de Sétif en comptait environ 2 270 entités. Sur l’ensemble des entités économiques recensées, sur tout le territoire national, la wilaya de Sétif en comptait 4,8% implantés en milieu urbain et 6,7%, en milieu rural.

Services publics de base

Alimentation en eau potable : taux de raccordement de 98%.

Assainissement : taux de raccordement de 86%.

Electricité : taux d’électrification de 98%.

Gaz : taux de raccordement  au gaz de 78%.

   Infrastructures de base   

La wilaya de Sétif est desservie par un important réseau routier qui s’articule autour de la RN5  reliant Alger à Constantine, la RN9 reliant Bejaïa à Sétif, la RN28 reliant Biskra à Sétif, la RN75 reliant Batna à Sétif.

Le doublement sur 50 km de la RN 75, axe névralgique entre Guidjel et la limite administrative de Batna, a permis d’éliminer plusieurs «points noirs» et aura pour conséquences de réduire le nombre d’accidents de la route, fluidifier la circulation et assurer une liaison rapide entre Sétif, Batna, l’autoroute Est-Ouest et la future pénétrante Djendjen (Jijel)-El Eulma

Le réseau routier de la wilaya compte près de 3500 km répartis comme suit :

  • Routes nationales : 634,49 km
  • Chemins de wilaya : 673,37 km
  • Chemins communaux : 2162,15 km
  • L’autoroute Est-Ouest (sur 75 km).

Un réseau ferroviaire de 84 km (voie unique) d’Est à l’Ouest.

Aéroportuaire : l’aéroport international du 8 mai 1945, situé à Ain Arnat.

Hydraulique

Le potentiel hydrique reconnu de la wilaya de Sétif est estimé à environ 785 millions de m3 dont 615 millions de m3 en ressources superficielles et 170 millions de m3 en ressources souterraines.

Les cours d’eau sont tributaires de l’inégalité et de l’irrégularité des précipitations, ils sont généralement secs en été, alors qu’en hiver ils sont souvent en crue. Les principaux cours d’eau sont l’oued Bousselam et l’oued El Kebir.

Le barrage de Mahouane : grand ouvrage de retenue situé à 8 km au nord-est de la ville de Sétif, avec une hauteur de 76 m, une capacité de 147 h m3 et un volume régularisé de 122 hm3/an.

Raccordement aval à partir du barrage de Mahouane, près de Sétif, qui comprend, notamment, une station de traitement de 135.000 m3/jour, une bâche de stockage de 30.000 m3, trois stations de pompage, près de 100 km de conduites en acier et PEHD (polyéthylène haute densité) et 12 réservoirs d’une capacité globale de 105.250 m3. Le barrage de Mahouane, structure nourricière de cet aménagement hydraulique, a été réalisé dans le cadre d’une opération de transfert d’eau à partir de l’ouvrage d’Ighil Emda, près de Kherrata (Bejaia). Cette partie des grands transferts hydrauliques vers les hautes plaines sétifiennes est appelée « système Ouest », le système « Est » constituant la seconde partie de l’opération entre le barrage de Tabellout (Jijel) et le nouvel ouvrage de retenue de Draâ Eddis, près d’El Eulma. Les deux systèmes des grands transferts hydrauliques, conçus pour acheminer vers la wilaya de Sétif quelque 300 millions de m3/an à partir des barrages d’Ighil Emda et de Tabellout, permettront, à terme, d’alimenter en eau potable quelque 1,3 million d’habitants (ville de Sétif et 12 autres communes dont Ain Arnat, El Ouricia, Guellal, Guidjel et Ain Oulmène) et d’irriguer 40.000 hectares de terres agricoles supplémentaires, essentiellement céréalières.

Agriculture

Une bonne partie de la wilaya de Sétif est située sur les hautes plaines, où prédomine la céréaliculture et où il y a aussi, à moindre degré, les cultures maraîchères, fourragères. Par contre, l’arboriculture en général, et l’olivier et le figuier en particulier constituent la richesse de la zone montagneuse.

La superficie agricole utile (SAU)  est de 360.992 hectares dont 23.221 ha irrigués. La wilaya de Sétif compte avec un apport supplémentaire porter la superficie irriguée à plus de 80. 000 hectares.

En 2015, la wilaya de Sétif a compté 14 de ses producteurs céréaliculteurs au «club des 50» (agriculteurs produisant plus de 50 quintaux de céréales à l’hectare).
Céréaliculture : 190.720 hectares, dont116.775 hectares en blé dur et 19.000 ha en blé tendre et le reste pour l’orge et l’avoine.
Les agriculteurs travaillent beaucoup sur des cultures fourragères, sachant que la wilaya de Sétif est un grand bassin laitier. La wilaya de Sétif, qui compte un potentiel bovin de 161. 909 têtes dont 79.325 vaches laitières, occupe la première place au niveau national en matière de production de lait avec 179.799. 000 litres pour le premier semestre 2015.

Non loin de la petite localité d’Ain Sfiha (sortie sud de Sétif), a été lancé le projet d’un périmètre de 9.319 hectares irrigué à partir du barrage de Mahouane. Ce projet structurant s’inscrit dans les objectifs attendus de la réalisation, en cours, des grands transferts hydrauliques vers les hautes plaines sétifiennes. Cette importante superficie irriguée est destinée à donner une nouvelle impulsion à la céréaliculture qui constitue la vocation de la wilaya de Sétif avec l’implication des transformateurs céréaliers, les minotiers notamment, dans le processus de développement et de rentabilisation du périmètre. L’opération des grands transferts hydrauliques permet de quintupler la production agricole dans la wilaya de Sétif, de réduire la jachère et d’augmenter la production nationale de l’ordre de 20 %, en plus de l’impact sur l’emploi, 100.000 postes de travail dans l’agriculture devant être générés.

Les produits oléicoles sont présents et se concentrent principalement au Nord de la wilaya.

Structures pour le soutien et le développement de l’agriculture: Institut de technologie agricole, INRA, ITGC, Centre national de développement de la pomme de terre; Coopératives de services spécialisés et d’appui COOPSEL, COPAWI, CASPICOLE; Fermes Pilotes comme structures de référence et d’appui; Structures de l’agro-alimentaire, huileries et laiteries; Centres de production spécialisés en aviculture à caractères régionaux; Entrepôts frigorifiques, MAG-SOUMAM et 16 autres unités avec une capacité de stockage de 18 500 m3.

La ferme école COOPSEL est destinée à l’apprentissage et le perfectionnement professionnel du personnel opérant dans le domaine de l’élevage de bétail en particulier celui du bovin laitier. Elle est installée sur le territoire de la commune d’Ain Lahdjar et est dotée de 3 bâtiments d’exploitation ainsi que d’un bâtiment à usage pédagogique, administratif et technique. Des 3 bâtiments d’exploitation, le premier abrite 42 vaches laitières de race Montbéliarde. Le second bâtiment est aménagé en salle de traite moderne. Le troisième bâtiment accueille 35 vaches laitières de race Normande.  Le quatrième bâtiment abrite une salle de cours pour recevoir 20 personnes, une cellule d’insémination artificielle, une officine vétérinaire ainsi qu’un bloc administratif.  Pour réaliser ses activités de formation et d’apprentissage, la ferme école se fait assister par le CFPA de Ras El Ma (commune de Guidjel) ; Elle a pu ainsi assurer la formation de 3 promotions de stagiaires totalisant 300 jeunes investisseurs dans le domaine de l’élevage bovin laitier inscrits au titre du dispositif de l’ANSEJ et de la CNAC. La recherche-développement est envisagée en partenariat avec l’université de Sétif.

Les forêts

La superficie forestière est estimée à 100 232 ha soit 15,5% de la superficie totale de la wilaya.

Les principaux massifs forestiers sont localisés :

  • Au nord de la wilaya avec principalement la forêt des Babors,
  • Au sud dans la région d’Ain Oulmène, Salah Bey et Ain Azel.
  • Au nord-ouest (Bouandas, Bougaa, Béni Ourtilène)
  • Au centre (région de Sétif, Ain Arnet, Guedjel)
  • A l’Est (région d’El Eulma, Bir El Arch, Djemila, Hammam Sokhna).

La pêche

Dans la wilaya de Sétif, la direction de la pêche et des ressources halieutiques (DPRH) de Sétif a ensemencé la retenue collinaire Boukahoula, située dans la commune de Aïn Abessa avec près de 100 milles larves, et une quantité similaire dans la retenue collinaire Bouchtat  située dans la commune de Tizi N’Bechar, dans le cadre de concessions accordées aux investisseurs privés pour créer des fermes piscicoles dont la technologie utilisée est l’élevage en cages flottantes.

Le barrage du Mahouan a été ensemencé, pour la première fois, avec plus de 150 milles larves de carpe chinoise type argenté.

La station expérimentale de l’aquaculture et de la pêche continentale située au niveau de la commune d’Ouricia au nord de Sétif, a produit environ 5,5 millions d’alevins de carpes  chinoises. En plus de la production d’alevins de poisson, la station a formé 15 étudiants et cadres sur les techniques de reproduction artificielle des poissons d’eau douce, dont 09 étudiants provenaient d’universités d’Alger et de Blida.

Des stages de formation de porteurs de projets, relatifs à l’aquaculture et à la pêche continentale sont organisés par la chambre de la pêche et de l’aquaculture de Sétif. Ceux qui souhaitent investir dans ces créneaux seront formés par la chambre en fonction de la demande et de son programme d’action.

Un stage de formation de 28 porteurs de projets aquacoles venus de Batna, de Bordj Bou Arreridj, de M’sila, de Mila et de Sétif, a été précédé, en mai dernier, d’une formation à la pêche continentale qui avait réuni 34 candidats. Ces stages, dispensés gratuitement, sont encadrés par des experts et des enseignants de l’Ecole de formation technique de la pêche et aquaculture d’Annaba. Les participants obtiennent, au terme de leur formation, des certificats d’aptitude qui les habilitent à investir.

La wilaya de Sétif est une wilaya pilote pour le programme d’appui à la diversification de l’économie nationale – secteur de la pêche (DIVECO II) lancé dans le cadre de la coopération avec l’Union Européenne.

Industrie, PME et Artisanat

Grâce à ses atouts et à ses richesses, la wilaya de Sétif présente des opportunités d’investissement exceptionnelles, qui lui permettent d’être en la matière un grand pôle industriel  dans divers créneaux, comme les matériaux de construction et l’agroalimentaire d’ambitionner ces dernières années de faire son un chemin dans l’électronique et les prestations hôtelières.

La wilaya de Sétif dispose de 3 zones industrielles totalisant 696 hectares et de 15 zones d’activités couvrant une superficie de 681 hectares. Le montant des investissements qui y ont été développés, à la faveur de la mise en place de 676 projets d’investissement, totalise 289 milliards de dinars avec, à la clé, la création de 44.000 emplois.

Un important parc industriel est également en projet dans la commune d’Ouled Sabersur une surface de 700 hectares, extensible à 1.000 ha, prévu sur l’axe Sétif-El Eulma et situé au Nord de la wilaya, pouvant remplir le rôle dévolu à la région par les pouvoirs publics de ZDII (zone de développement industriel intégré) à savoir une ZAP (zone d’activité polyvalente). Les activités prévues étant la transformation industrielle et les services. Le créneau d’investissement agro-alimentaire est le secteur le plus prometteur que compte promouvoir et encourager tous azimuts les autorités locales et ce, dans le cadre du développement économique de la région. Les projets structurants validés et entérinés se concentrent dans le créneau des matériaux de construction, les produits d’emballage, conserverie, production d’électricité. D’autres projets d’envergure sont aussi en cours de lancement dans divers secteurs confondus. Il s’agit de parcs de détente, parc aquatique, des cliniques privés et de l’hôtellerie etc.

Zones d’activités (source : ANIREF):

Commune Superficies (ha) Lots crées Lots attribués Lots disponibles
Ain Arnat 3 61 61 0
Ain Azel 4 74 74 0
Ain El Kebira 4 425 42 0
Ain Oulmane 26 151 151 0
Amoucha 2 22 22 0
Lahoua A.b.r 3 63 58 5
Bazer Skhira 7 98 98 0
Beida Bordj 2 38 38 0
Béni Aziz 3 26 26 0
Bir El Arch 3 40 40 0
Bouandas 2 33 24 9
Bougaa 4 44 40 4
El Eulma 33 287 287 0
Guidjel 3 25 25 0
Guellal 5 44 44 0
Guelta Zerga 5 84 84 0
H.Sokhna 4 42 32 10
Mezloug 6 40 40 0
Ouled Saber 6 89 89 0
6 58 58 0
6 78 0 78
Sétif 90 352 352 0
Salah Bey 6 55 55 0
Tala Ifacene 1 30 30 0
Tizi N’Bechar 2 49 49 0

 

Zones Industrielles (Source : ANIREF):

Dénomination SuperficieDisponible

(ha)

Superficie cessible

(ha)

Nombre de lots créés Nombre de lots attribués Nombre de Lots

vacants

Superficie totale

(ha)

Z.I Sétif 14 224 115 114 1 286
Hors Z.I 20 127 164 131 33 140
Z.I El Eulma 99 225 93 92 1 248

 

En décembre 2015, quatre unités de production ont été inaugurées :

A Sétif :

– Une unité de fabrication de câbles électriques réalisée par la S.a.r.l. « K-Plast Câbles » qui a généré 280 postes d’emploi.

– Une usine de pâte à papier relevant de la S.p.a de statut privé « Faderco » qui a généré 230 postes d’emploi et un futur complexe industriel de production et de transformation de papier tissu entrera en production en mars 2017 et créera 460 postes d’emploi.

– Un complexe de production de carreaux en céramique émaillée réalisé par le groupe Khenfri, qui a généré 420 emplois.

A El Eulma (27 km de Sétif)

–Un complexe de fabrication de profilés en aluminium et cuivre, réalisé par la S.a.r.l « El Acher Min Ramadhan » qui employant 459 personnes, et envisage de porter ce chiffre à 1.200 travailleurs.

Les grands projets d’envergure lancés:

– Le complexe électrotechnique et domestique du Groupe Cévital à Guedjel (Zone de H’latma), sur 112 Ha, qui devrait générer 7452 postes d’emploi.

– Le complexe des huiles de soja de la SPA N’Gaouès du Groupe Maâzouz à la zone d’activité de H’latma.

– Le complexe des équipements de matériaux de construction du groupe EBACOM de Touati à la zone de H’latma.

– Le complexe touristique des affaires El Al de Khenfri.

– Le complexe hôtelier Ibis de Mehri.

PME

Près de 10000 PME sont en activité dans la wilaya de Sétif avec plus de 40 000 travailleurs. Les secteurs d’activité comme l’industrie alimentaire, l’agro-industrie, les matériaux de construction, les services et le tourisme, connaissent une croissance considérable.

4.000 dossiers d’investisseurs privés ont été reçus par la wilaya de Sétif dont 600 ont déjà reçu leur agrément. Plus de 250 actes de concessions ont été attribués et 146 investisseurs ont déjà déposé leurs permis de construire.

Mines et carrières

Type de ressource minière par communes :

Argiles (briques, tuiles, céramique, faïence) : Salah Bey -Ouled Adouane Beni Fouda –Ain Zada

Calcaires (ciment,chaux, agrégats) : Ouled Adouane-Ain Arnet-Sétif-Ouled Saber- Bir El Arch-Beni Oussine-Guidjel-Ksar El Abtal-Ouled Tebben- Ain LAhdjar-Ain Roua

Dolomie (industrie) : Salah Bey

Grès (Brique de silice) : Ain Abessa

Gypse (plâtre, céramique) : Djemila

Sel Gemme : Ksar El Abtal

Barytine (industrie papier, boue de forage) : Ain Roua

Mine de plomb-zinc : Djebel Anini /Ain Roua

Minerai de fer : Chaabet El Hamra /Ain Azel

Artisanat

La wilaya de Sétif recèle une activité artisanale importante et diversifiée dans les principales spécialités suivantes: tissage de tapis (type Guergour et Sétif), Haïk Margoum, tenture, burnous et kachabia ; Fabrication de tapis « frech – boutalbi » en alfa ; travail du bois sculpté ; maroquinerie et broderie ; robes traditionnelles sétifiennes ; poterie et céramique ; coutellerie d’El Mellah ; orfèvrerie ; dinanderie sétifienne avec miroir.

Transports

L’Entreprise de transport urbain de Sétif (ETUS) est dotée d’une flotte de 30 bus.

Le projet de la ligne du tramway sera réalisé en deux tranches. La première s’étalera sur une longueur de 15,05 km avec 27 stations et un matériel roulant de 39 rames pour une capacité d’accueil de 400 places, et reliera El-Bez (ouest de la ville) aux principales cités et aux deux universités de la ville des Hauts-Plateaux, à savoir
Ferhat-Abbas (Sétif 1) et Mohamed-Lamine-Debaghine (Sétif 2).  L’extension qui porte sur  la deuxième tranche d’une longueur de 7 km conçue initialement pour relier le centre-ville (à proximité du siège de la wilaya) vers la localité de Aïn Trick, connaîtrait probablement un changement d’itinéraire, à la suite de l’annulation de la gare intermodale à Ain Trick. Une réflexion a été lancée pour étudier la possibilité de réaliser cette deuxième ligne du côté de la cité El Hidhab, qui connaît une forte densité  de  population, ainsi que l’existence de l’université Lamine Debaghine.

Projet du dédoublement de la voie ferrée reliant Sétif à El Gourzi à Constantine d’une longueur de 118 km.

Les deux futures lignes ferroviaires à savoir Sétif-Jijel sur une distance de 130 km et Sétif- Batna sur 130 km seront connectées aux sites de la cimenterie de Ain El Kebira de Sétif et de la cimenterie de Aïn Touta de Batna ainsi qu’au port de Djen Djen à Jijel.

La wilaya de Sétif dispose d’un aéroport relié au réseau national et international.

Commerce

Le Park Mall  de Sétif représente le plus grand centre commercial du pays. Il comprend deux tours de 18 étages. L’une sera réservée aux bureaux d’affaires quand à l’autre tour jumelle, elle est conçue pour abriter un hôtel à l’enseigne Mariott. Le reste, soit les extensions latérales comprennent un hypermarché, plus de 45 boutiques de diverses activités, des restaurants, cafétérias, un parking en sous sol de 1 400 places et un espace dédié aux jeux et loisirs, une patinoire de 400 m², une salle de bowling, des salles de jeux vidéos en plus d’une grande salle de conférences et de congrès pouvant abriter n’importe quel évènement de dimension internationale.

Les projets : réalisation d’un laboratoire de contrôle de la qualité à Sétif, réalisation de sept marchés couverts à travers la wilaya de Sétif, réhabilitation de dix marchés couverts à travers la Wilaya de Sétif, extension du marché de gros et réalisation de huit marchés de proximité en faveur des jeunes.

Construction d’un marché de gros des fruits et légumes au lieu-dit Ain Sfiha, à la sortie sud de la ville de Sétif. Il est destiné à avoir une vocation régionale, et qui couvre une superficie de 30 hectares. Il permettra d’accroître les transactions commerciales et d’intensifier le volume et les flux de la production avec, comme principal corollaire, un impact positif sur le niveau général des prix, ainsi que dans l’approvisionnement des marchés de détail.  

Postes et Technologies de l’Information et de la communication

L’avancée des télécommunications dans la wilaya de Sétif la place parmi les leaders nationaux en la matière.

Le téléphone fixe est généralisé sur tout le territoire de la wilaya et le  taux de couverture de la téléphonie mobile atteint 98%. La fibre optique est généralisée aux 60 communes.

Evolution constante connue par le système MSAN pour 166.000 accès de service.

845 écoles primaires, 216 CEM et tous les lycées de la wilaya sont reliés à internet.

Un bureau de poste pour 27 000 habitants.

La grande poste de Sétif est composée de 14 guichets, la recette principale compte un effectif de 67 travailleurs. Elle effectue 29 500 paiements CCP par mois avec cinq caisses et 21 visionneuses. Elle couvre une population de 329 620 habitants avec les autres recettes postales secondaires.

Espace Internet El Fouara d’Algérie Télécom, situé en plein centre-ville.

30 micro-entreprises Ansej sont agrées auprès d’AT et spécialisées dans les travaux de cette dernière.

L’Ecole régionale de la poste, créée en 1990, couvre les besoins de formation de courte durée, en 16 modules, entre trois et six mois, du personnel du secteur pour 23 wilayas de l’Est et du Sud-est du pays.

Education-Formation
Primaire-Moyen-Secondaire

Le secteur de l’éducation nationale est doté de 856 écoles primaires, 223 CEM et 93 lycées.

La wilaya de Sétif compte cette année un nombre total de 354 482 élèves répartis sur les trois paliers, à savoir 183 038 élèves dans le cycle primaire, dont 33 315 nouveaux inscrits en 1re année primaire, 119 063 collégiens et 52 381 lycéens. Par ailleurs, un total de 28 433 fonctionnaires assure l’encadrement des élèves, soit 18 319 enseignants et 10 114 administratifs.

Les résultats du baccalauréat de la session juin 2015 dans la wilaya de Sétif ont donné 19137 candidats reçus sur les 32473 inscrits, soit un taux de réussite de 58,93%.

Le taux de réussite au BEM à Sétif a atteint en juin 2015, les 66,39%.

Formation professionnelle

Le secteur de la formation professionnelle de Sétif compte 26 Centres de formation professionnelle et d’apprentissage, 4 Instituts nationaux spécialisés pour la formation de techniciens supérieurs, 1 Institut pour la formation et l’enseignement professionnels pour la révision des programmes et le recyclage des professeurs à El Eulma, 2 Instituts pour la formation professionnelle, 1 Centre régional pour l’enseignement professionnel à distance et 23 écoles spécialisées agréées. Les capacités d’accueil théoriques dans les établissements est de 11.065 places pédagogiques. Les capacités en internat se composent de 3.270 lits, dont les trois nouveaux établissements récemment réceptionnés, le centre d’Ain Trick, l’institut des 1006 Logements et l’institut national spécialisé de la cité Ain Tebinet. L’effectif  du secteur de la formation professionnelle dans la wilaya de Sétif comprend 2.085 personnes, dont 735 professeurs.

Année 2015-2016 : 22.728 inscrits, dont 13.227 nouveaux stagiaires pour toutes catégories confondues.

Durant le premier semestre de l’année 2015, pour les deux catégories, 3.041 stagiaires dont 933 filles ont reçu leurs diplômes.

Quatre nouveaux projets sont en voie de réalisation : un institut national spécialisé dans la formation professionnelle dans chacune des communes d’Ain Arnat, de Sétif, d’El Eulma et Bougaa et un centre de formation professionnelle et d’apprentissage à Ouled Tebbène.

Enseignement supérieur

Plus de 17 000 nouveaux étudiants ont été inscrits dans les différentes facultés et instituts pour la rentrée universitaire 2015-2016. Ce chiffre porte le nombre global d’étudiants dans l’université Ferhat-Abbas (Sétif 1) et celle de Mohamed-Lamine-Debaghine (Sétif 2) à près de 52 000 étudiants.

L’université Ferhat-Abbas (Sétif1) : spécialisée en sciences et technologie, il y a autour de 10 000 nouveaux étudiants, portant l’effectif à 32 000 étudiants répartis sur les différentes facultés et instituts,. Les services pédagogiques de cet établissement ont délivré 6310 diplômes l’année écoulée.

L’université Sétif 2 : a accueilli plus de 20.000 étudiants, dont 6.500 nouveaux bacheliers. Elle compte plus de 602 enseignants. On enseigne 28 spécialités pour la licence et 43 au niveau du master, dont 3 créées cette année dans la littérature et les langues étrangères. Près  de 17.000 étudiants sont inscrits en licence, 4.000 en master et 480 en doctorat. 300 enseignants sont investis dans la recherche et dans les laboratoires. Le nombre des diplômés sortants a atteint l’année passée 6000 dans cet établissement. La rentrée universitaire à l’université de Sétif 2 est marquée cette année par l’ouverture de l’école supérieure d’enseignants située à El-Eulma (à l’est de la wilaya de Sétif). Cette école a enregistré 400 nouveaux étudiants inscrits dans les quatre spécialités d’enseignement (langue arabe, langue française, langue anglaise et histoire et géographie).

 

La Chambre de commerce et d’industrie de la wilaya de Setif (CCI El-Hidab) et l’université Ferhat Abbes de Sétif (UFAS) ont paraphé une convention de coopération et de partenariat, d’une durée de cinq ans, pour aider les travailleurs du secteur économique de la wilaya à bénéficier d’une remise à niveau dans divers domaines. Il permet en outre aux étudiants et jeunes chercheurs de l’UFAS d’effectuer des stages pratiques et de fin de cycle au sein d’entreprises industrielles.

Jeunesse, Sports et Loisirs

Infrastructures

Nouvelle piscine olympique d’El Bez.

Parc aquatique.

Un cinéma 3D.

Projet de nouveau Stade Olympique couvert de 50 000 places.

Sétif est le lieu de deux compétitions cyclistes internationales :

-le critérium international de Sétif sur un circuit fermé de 40 tours totalisant 128 kilomètres.

-le tour international de Sétif  en trois étapes pour un parcours totalisant au total 346 kilomètres.

Le parc d’attraction de Sétif constitue un point de loisirs et de tourisme en plein cœur de la ville.

Habitat et urbanisme

Nouveau pôle urbain de 3.392 logements participatifs et promotionnels aidés  baptisé « cité du 11 décembre 1960 », d’une architecture aérée et très avenante.

Santé

Le secteur public de la santé dispose, dans la wilaya de Sétif, de 12 hôpitaux présentant une capacité d’accueil de près de 3.000 lits : un centre hospitalo-universitaire (CHU) formé de l’hôpital Saâdna-Abdenour, une clinique ORL-ophtalmologie une unité Mère et Enfant, 5 Etablissements publics hospitaliers, 5 Etablissements spécialisés (dont le CAC), un hôpital de médecine physique et rééducation fonctionnelle, un centre de transfusion sanguine, un centre intermédiaire de soins pour toxicomanes, de 68 polycliniques et près de 250 salles de soins.

Le centre anti-cancer (CAC) de Sétif, structure médicale de haute technologie, à rayonnement régional, est constitué de 160 lits répartis sur deux blocs principaux. Le premier comprend les services d’oncologie médicale (64 lits), de médecine nucléaire (6 lits), de radiothérapie (36 lits) et de curiethérapie (4 chambre à un lit), tandis que le second est voué à la chirurgie oncologique (50 lits). Le CAC de Sétif reçoit en moyenne, selon les explications des responsables locaux du secteur de la santé, 184 malades par jour. Depuis juillet 2014, près de 1.700 patients y ont reçu des soins.

Village « Changing diabètes » sur l’esplanade de la maison de la culture de Sétif,  et, à la cité Bel-Air, unité de dépistage du diabète, la première du genre à l’échelle nationale.

Au CHU Saâdna-Abdenour, mise en exploitation des services de médecine légale, d’anatomie-pathologie (avec de nouveaux laboratoires répondants aux normes internationales), ainsi que le service d’histologie et cytogénétique.

 

Action sociale

Une ferme pédagogique implantée dans la commune de Beni Ourtilane (nord de Sétif) est destinée à l’insertion professionnelle des déficients mentaux âgés de plus de 18 ans).  Fruit d’une initiative de l’association « Ibtissama » de Beni Ourtilane, cette ferme, « première du genre en Algérie », formera ses futurs pensionnaires à la production animale, par la mise en place d’unités d’élevage ovin, ainsi qu’à l’aviculture, à la cuniculture (élevage de lapins domestiques)  et à d’autres activités agricoles.

La ferme pédagogique a débuté ses activités par des stages autour de l’élevage caprin et la production de fromage de chèvre.

La journée nationale des handicapés a été marquée par des activités culturelles animées par des jeunes handicapés, ainsi que par la distribution, par les autorités de la wilaya, de fauteuils roulants, de tricycles motorisés et de prothèses médicales.

Environnement

Centre d’enfouissement technique :                 7

Nombre de décharges contrôlées :                        1

Nombre de décharges non contrôlées :           51

Volume des déchets traités (T/J) :             1 116

 

Le Centre d’enfouissement technique de Sidi-Haïder, à l’est de Sétif, plus de 396.000 tonnes de déchets ménagers et assimilés ont déjà été enfouis ; les deux casiers étant déjà saturés, une troisième opération pour la réalisation d’un troisième casier d’une capacité de 1,5 millions de m3 avec station de traitements de lixiviats est en voie de lancement pour le traitement d’une quantité de 320 tonnes/jour de déchets.

 

  Protection civile

La Protection civile de la wilaya de Sétif s’est renforcée avec 180 nouveaux éléments qui ont suivi un stage de formation des premiers secours durant trois semaines dans le cadre de la réalisation du programme arrêté avec pour thème ‘’ Un secouriste pour chaque famille’’, répartis à travers les communes de Sétif, El Eulma, Aïn Oulmène, Aïn Kebira et Aïn Arnat. La Protection civile de la wilaya de Sétif a formé plus de 3.096 secouristes, dont le quart de la gent féminine, ce qui représente une moyenne d’un pour 100 familles

 

Tourisme et Culture

La wilaya de Sétif dispose d’une infrastructure hôtelière qui peut assurer aux visiteurs d’excellentes prestations dans un cadre agréable. Disposant actuellement de 57 hôtels de 3220 lits, le parc hôtelier de la wilaya de Sétif va voir ses capacités d’accueil se multiplier avec la mise en exploitation de cinq nouveaux hôtels urbains et un complexe thermal qui offriront 1344 lits supplémentaires.

Tourisme thermal

Pour Sétif, le tourisme thermal est un créneau à fort potentiel de développement ; la wilaya dispose d’une ZET à hammam Sokhna, de 68 ha qui s’articule autour du célèbre Hammam.

Le tourisme thermal occupe une place prépondérante dans la société algérienne, le développement des structures d’accueil et la diversification des services et leur amélioration, pourraient faire de ce créneau une source de richesses non négligeable pour Sétif et sa région ; d’autant plus que ses thermes ont déjà une réputation nationale.

Hammam Guergour : Situé à 50 km au Nord de Sétif, ses eaux par leur richesse minérale, par leur température (44 ° Celsius) et surtout par leur forte radioactivité (Classé 3éme rang mondial).

Hammam Soukhna : Situé à 40 km au Sud de Sétif, ses eaux à riche composante minérale, haute température

Hammam Ouled Yelles (Mezloug) : Situé à 20 km au Sud de Sétif, eau riches minéraux.3-2

Tourisme culturel :

Ce secteur constituerait également un centre d’intérêt du fait que la wilaya de Sétif dispose d’un héritage culturel inestimable à travers ses sites archéologiques tel que :

Site préhistorique d’Ain Lahnéche (près d’El Eulma).

Site de Sétif comprenant : la nécropole orientale romaine, le quartier du temple, le quartier des basiliques, la muraille byzantine, la citadelle byzantine, le cirque, l’aqueduc, le mausolée de Scipion de l’africain, le musée national d’archéologie de Sétif.

Site de Mons (Béni Fouda)

Site d’Ikjen (Beni Aziz)

Site de Cuicul (Djemila), classé par l’UNESCO en 1982.

Tourisme de loisirs et de détente :

Ce type de tourisme occupe une place de choix dans la région avec le Parc National des Babors qui s’étale sur 2314 ha et est classé comme réserve naturelle protégée avec une importante variété de plantes dont 23 sont protégées, ainsi que sa faune (94 variétés d’oiseaux dont 32 espèces sont protégées.

Patrimoine

La ville recèle un patrimoine archéologique qui a poussé les services de l’Unesco à conseiller l’aménagement d’un parc archéologique à visées touristique et culturelle. Néanmoins, celui-ci n’est toujours pas inscrit à ce jour à la liste du patrimoine mondial.

L’un des monuments emblématiques de la ville est l’ancienne mosquée (El Masdjid el Atik) ainsi que la fontaine d’Ain El Fouara.

Art culinaire

La wilaya de Sétif dispose d’un nombre important de spécialités culinaires parmi lesquelles : chorba frik (avec boulette de viande hachée ou poulet déchiqueté), chorba arrassi (viande de veau, carottes, pommes de terre, céleri, tomates et autres ingrédients), couscous (Berboucha sétifienne) avec viande d’agneau ou de bœuf plus pois chiche + navet + cardes et autres ingrédients, berkoukeche ou bien berkoukess- aiche (gros couscous) avec viande séché « lekhelie »ou viande de poulet, chakhcoukha « kesra ou matloue lemfettete » (avec viande ou poulet), osbana (avec la pause de mouton ou de bœuf) ficelée en boulette bien garnis de riz et d’intestins d’agneau coupé en morceaux, lemsememene avec viande de dindon ou de poulet plus pois chiche+autres ingrédients, tikerkebine (région e Bougaa et Béni Ourtilène) avec Smide et autres ingrédients, lehmisse (avec piment, tomate etc..), leghrif (mille trous) (avec le vrai beurre de mouton ou de vache plus du sucre, mesfouf (avec lait caillé et petit lait et sucre et raisin séché), le hessoua (avec pâte tranchée en morceaux et autres ingrédients), fermessa (avec viande d’agneau ou de bœuf plus pois chiche + et autres ingrédients), lemhadjeb (avec pâte oignons et autres ingrédients), mechoui et brochettes (d’Ain Oulmène) et autres localités.

Gâteaux et autres spécialités : refisse (en carré, en cône ou en boulette), makrout  (magla ou koucha) au miel d’abeille, el lembardja (en carré, avec des dattes écrasées), lemeguerguechette (au miel d’abeille), lehrissa guelb el louze (avec amande ou noix), zlabia, gâteaux maison, kaak lamelebes & kaak aux amandes, sfendje (aux œufs),           rouina, tamina, khobze dar (pain de la maison), kessra galette (pain de la maison) avec petit lait, kessra mbessa, matloue, harchaia